1ère participation au Tor des Géants : un trail mythique … [DERNIERE MISE A JOUR LE 12/09/16]

 

J’ai participé à cette course mythique qu’est le Tor des Géants : 330km, 24.000D+ et 150 heures de course.
Après avoir tenté ma chance 5 fois de suite pour décrocher un dossard, cette année fut la bonne pour obtenir le droit de participer. Motivé et heureux, j’ai pris le départ le dimanche 11 septembre à 10h.
Après avoir avalé les premières difficultés du parcours : col Arp (2571m), col Passo Alto (2837m), col Crosatie (2829m), col Fenetre (2854m), col Entrelor (3002m) et col Loson (3299m), j’ai dû me résoudre à abandonner. En effet, une forte inflammation du genou droit n’empêchait de plier la jambe. Si le mental me permettait de continuer, je savais que dans ce type de course toute douleur physique devient insupportable et vous oblige à abandonner. Après avoir passé une partie de la nuit de lundi à mardi dans un refuge de haute montagne, j’ai dû être évacué en hélicoptère jusqu’à un centre médical à Courmayeur.
Ces 100km parcourus à travers la Vallée d’Aoste resteront un beau souvenir même si mon objectif était d’aller au bout. L’abandon est une des règles du jeu de ce sport qu’il faut savoir accepter.
Merci infiniment à mes sponsors, AG2R LA MONDIALE, groupe IGS, F.INICIATIVAS, CGPME 75, 1001Trails (sans oublier Thomas Legrain Conseil) qui m’ont suivi durant mon parcours. Nous organiserons avec eux une conférence autour de l’ultra-trail, des valeurs que véhicule ce sport et tout ce qu’on peut en tirer sur le plan personnel et professionnel.
Merci également à tous mes amis qui m’ont soutenu et suivi durant cette course.

Portrait d’adhérent de la CGPME 75 – Qu’est ce qui fait courir Thomas Legrain ?

Quelques jours après avoir participé au Tor des Géants, l’une des courses les plus dures du monde, Thomas Legrain, adhérent de la CGPME Paris, revient sur son expérience de l’ultra-trail et les connexions avec son quotidien de chef d’entreprise.
Lire la suite
banniere-tor-des-geants

Derniers entrainements avant le grand départ … (mis en ligne le 22/08/2016)

Pourquoi ai-je décidé de prendre le départ d’un trail si difficile le 11 septembre prochain ?

  • Partir à la conquête d’un rêve que j’ai depuis longtemps
  • Transformer mes convictions en actes
  • Me donner l’opportunité de mettre en œuvre des stratégies permettant de surmonter les obstacles les plus fous
  • Me concentrer sur la performance
  • Evacuer les toxines et les soucis de la vie afin d’y voir plus clair en moi-même
  • Développer une attitude positive
  • Sentir et ressentir mon corps, comprendre à quel point il est une mécanique formidable capable de relever les défis les plus extrêmes
  • Explorer les frontières de la résistance humaine
  • Recevoir une leçon de courage
  • Quitter le temps rapide pour profiter d’un temps long, posé, relâché : un luxe énorme que l’on a du mal à trouver dans la vie de tous les jours et qui procure un sentiment de zénitude incroyable
  • Eveiller ma conscience et donner à ma vie un sens plus fort en affrontant la nature
  • Conduire une réflexion sur la liberté
  • Trouver les chemins d’un accomplissement personnel
  • Accéder à un équilibre de vie
  • Comprendre que rien n’est impossible mais que de nombreux efforts sont nécessaires pour atteindre mes objectifs

Cet article vous a plu : partagez-le !

Soyez audacieux, exprimez votre point de vue !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires pour “1ère participation au Tor des Géants : un trail mythique … [DERNIERE MISE A JOUR LE 12/09/16]”

  • Mazet dit :

    Bravo Thomas… Il y en aura d’autres… Au plaisir de te voir sur une prochaine course

  • Joseph dit :

    Félicitations tout de même, je ne connaissais pas cette course, ça à l’air assez impressionnant au niveau du dénivelé à parcourir!
    En tombant sur votre site, de premier abord j’ai cru que vous aviez créé un site sur l’actu du sel de Bretagne, ville que je connais bien 🙂

  • David dit :

    Bravo quand même pour avoir pris le départ et ces 100 km.
    L’abandon fait aussi partie du voyage et est toujours riche d’enseignements.
    On a dû se croiser à l’hôtel Berthod.
    Au plaisir sur une prochaine édition, car s’il y a au moins un point commun entre les non finishers et les finishers sur le TOR, c’est que nous sommes tous pressés d’y revenir.
    Alors à 2017 peut être ou sur une autre.
    PS : dans le même registre, sur Kikourou, quelques grands malades ont l’air tentés par une Grande Traversée des Alpes

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites.

Vous n'êtes pas encore fan du

sur Facebook

abonnez-vous à notre page et suivez notre actualité