Michel ZINK, écrivain, médiéviste, philologue, professeur de littérature, membre de l’Académie française

 

Michel ZINK

Qui êtes-vous et quel a été votre parcours ?

Je suis un professeur de littérature du Moyen Âge dont la seule particularité est d’avoir atteint, porté par les circonstances et sans aucune audace, des sommets académiques inattendus (secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Académie française) après un parcours classique: ENS Ulm, agreg. de lettres classiques, prof. d’université (Toulouse, Sorbonne), prof. au Collège de France, prof. invité un peu partout, des livres spécialisés et des romans peu lus.

Quelle est votre définition de l’Audace ?

L’audace ajoute au courage la conscience d’elle-même, la fierté de sa propre démarche, le plaisir pris au risque couru, une forme d’insolence. C’est pourquoi l’audace me semble moins digne d’admiration que le courage, qui est plus discret, moins narcissique, plus aisément oublieux de lui-même.

Parmi tous les projets que vous avez pu mener, quel est le projet audacieux que vous avez envie de nous faire partager ?

Une vie consacrée à l’étude de la littérature du Moyen Âge implique rarement des projets d’une audace à couper le souffle, mais seulement le courage du travail et de la discipline intellectuelle. La seule audace dont j’ai été quelquefois (pas toujours) capable est celle, passive mais difficile, de savoir résister à une opinion dominante ou à la pression d’un groupe en formulant seul une argumentation mesurée, sans autre agressivité que l’ironie. Certains ont vu de l’audace dans mes thèmes de cours et dans la leçon de clôture de mon enseignement au Collège de France (2016), dans certains de mes livres (Poésie et conversion au Moyen Âge, Le Jongleur de Notre Dame. Contes chrétiens du Moyen Âge, L’humiliation, le Moyen Âge et nous), dans l’esprit de l’éloge que j’ai prononcé de mon prédécesseur René Girard lors de ma réception à l’Académie française le 18 octobre 2018. Mais, si audace il y avait, elle était modeste et ne m’exposait pas à d’autre risque que celui d’être boudé par certains.

 

Cet article vous a plu : partagez-le !

Soyez audacieux, exprimez votre point de vue !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites.

Vous n'êtes pas encore fan du

sur Facebook

abonnez-vous à notre page et suivez notre actualité