" Avec de l’audace, on peut tout entreprendre, on ne peut pas tout faire. " - Napoléon Bonaparte

Toute personne physique ou morale qui souhaiterait publier des points de vue dans la rubrique « Actualités » du Blog de l'Audace peut accéder au service en devenant Contributeur.

Le chômage, peut-être un signe de progrès !

  Thomas Legrain Conseil vous accompagne dans votre développement


Thomas LEGRAIN

Facebook : https://www.facebook.com/thomas.legrain
Twitter : https://twitter.com/TLConseil
Linkedin : https://www.linkedin.com/in/thomaslegrain
Site internet : http://www.thomas-legrain-conseil.com
Blog : http://www.blog-audace.com

380 articles publiés sur le Blog de l'Audace, qui ont été lus 902 617 fois

En savoir plus sur Thomas LEGRAIN
Cet article vous a plu : partagez-le !
Soyez le premier à partager cette information

Soyez audacieux, exprimez votre point de vue !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires pour “Le chômage, peut-être un signe de progrès !

  • mask
    Aurore

    Sauf qu’on oublie que nous sommes bientôt dans l’après ère du pétrole et que nous dépendons extrêmement du travail d’autres personnes dans le monde pour subvenir à nos nombreux besoins de consommations, alimentaire ou objets. La répartition des richesses et du travail n’est pas équitable, dans le sens ou certains sont des esclaves et d’autres des rois. Et si on rajoute à cela les problèmes écologiques… Loin de moi l’envie de revenir à une époque ou tout devait être fait à la main sans technologie… J’aurais plutôt tendance à souhaiter que nous devenions plus intelligents pour que demain soit viable et donne du bonheur pour tout le monde.

  • mask
    Adrian

    Quelques bonnes intuitions mais beaucoup de naïveté: l’article présuppose tacitement que le « volume de travail » est stable et constant par rapport au nombre de consommateurs et de leurs besoins. Or, n’importe quel b.a.-ba d’économie sérieux (qu’il soit classique, marxiste, ou keynésien…) expliquera le contraire: le travail dépends de l’activité économique (pour une explication archi simple: cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Chomage#Le_progr.C3.A8s_technique_d.C3.A9truit-il_des_emplois_.3F). L’économie en régime capitaliste dépends elle-même de la croissance. L’agrégé du nombre d’heures de travail n’a cessé d’augmenter depuis la révolution industrielle (même en tenant compte de la croissance démographique). Il n’y a donc pas lieux de s’inquiéter que les machines (ou les étrangers…) viennent nous prendre notre travail.

    Par contre c’est vrai que le plein emplois dans le capitalisme est impossible (car soumis à l’offre et la demande). C’est vrai aussi qu’il faudrait repenser le modèle économique, peut-être pour adopter la décroissance, plus conforme aux souhaits exprimé dans le conclusion…

  • mask
    Julie

    Oui, c’est le fameux chômage technologique. C’est naturel que nous soyons mis sur la touche, les machines bossent mieux que nous, sans arrêt. Ce qui n’est pas normal, c’est que ce soit nous qui soyons esclaves des machines.

    De nouveaux métiers abrutissants sont nés quasi exclusivement pour nous garder dans la spirale de la consommation. L’administratif et le commercial, tous au sens large. Et nous en occident, nous sommes les riches, même au chômage nous disposons bien souvent de plus de facilités que les autres, ceux qui se balancent tout en bas de la chaine alimentaire. Un changement radical s’impose, nous arrivons au bout de cette logique de production qui mène la planète et ses habitants à leur perte.

  • mask
    Julien

    Je ne suis pas d’accord avec vous! Dire que la précarité est signe de progrès me fait dire qu’il y a effectivement un fossé énorme entre un financier comme vous et un producteur comme moi!

    Le chomage n’est pas dû aux machines ni au changement des services à la personne. Personnellement je pense que les problèmes que nous connaissons aujourd’hui proviennent surtout à la délocalisation des productions. Est ce qu’une machine remplace un humain. Non, aujourd’hui nous n’investissons meme plus dans des machines, ce qui pourrait créer des emplois mais dans de la main d’oeuvre peu chere en asie! En plus du chomage, nous sommes entrain de perdre notre savoir faire industriel et nous contribuons à polluer en important toutes ces marchandises.

    Il y a beaucoup à dire sur ce sujet, mais certainement pas que le chomage est source de progrès, c’est honteux de dire cela!

  • mask
    Cindy FEIX

    Le chômage technologique oui, forcément qu’il existe. Un changement de mentalité et de système économique et financier aussi est nécessaire.

    Le chômage existera toujours (même en période de « plein emploi » il y a du chômage…) ne serait-ce que à cause de la différence entre l’offre et la demande et car nos sociétés modernes, développées, refusent d’assumer certaines tâches, certains travaux… faut pas se voiler la face (hier les portugais et les espagnol, aujourd’hui les roumains et polonais).

    Cependant, je pense que le chômage existe aussi car les entreprises du CAC 40 recherchent le profit à outrance. Les licenciements qui se multiplient alors que les bénéficent perdurent, le prouve. L’hyper production, l’hyper bénéfice va de pair avec l’hyper société de consommation.

    La société, l’homme a oublié qu’il faut produire pour vivre, qu’il faut travailler pour vivre, qu’il faut acheter pour vivre… et non le contraire. Les entreprises poussent les process de fabrication à leur maximum en augmentant les cadences et en robotisant le process pour répondre à la demande toujours croissante. La demande croissante, c’est nous tous, humains à l’ère de la mondialisation.

    Pourquoi se ruer dans les magasins pour les soldes (deux fois/an + remises diverses toute l’année) après avoir fait le pied de grue dehors pendant des heures ? Pourquoi changer de téléphone portable tous les 6 mois ? Pourquoi acheter une voiture juste parce qu’il y a des pub qui matraquent que la prime à la casse est super intéressante et qu’il y a un crédit à x% ? Réfléchissons à notre manière de consommer.

    Consommons le nécessaire à notre existance, et peut être que les robots qui produisent des milliers d’objets par jour deviendront obsolètes… et peut être que l’on appréciera de nouveau le « fait main »… certes un peu plus cher mais tellement plus robuste et doté d’une « âme ».

    Pour moi, le chômage est la maladie de notre société moderne d’hyper consommation.
    Comme les cycles en économie, nous sommes tout en bas de vague… faut remonter… en ramant sec !