" Dans l'extrême danger, l'extrême audace est sagesse. " - Louis-Philippe de Ségur

Actualités

Si la République est une et indivisible, Il n’en demeure pas moins qu’elle consent à des ghettos dont certains s’apparentent à l’apartheid. Trop de logements à vocation sociale sont encore réalisés dans des périmètres focalisant la pauvreté. Concentrer sur de mêmes territoires des populations qui désespèrent de pouvoir être considérées comme des citoyens à part entière crée des quartiers de non droit et fabrique cette montée inexorable des extrêmes dont une des premières causes est le ressenti de l’oubli.

Une aventure qui m’a permis d’énormément progresser.
Je suis bien entendu déçu mais tout pépin physique rend les choses impossibles sur le Tor … Je vais devoir comprendre la nature de la blessure que j’ai au tibia gauche (fissure de l’os liée à la tendinite; fracture de fatigue, …). Vue la manière dont ma cheville gauche a gonflé, j’en déduis qu’elle a du également être touchée. Alors retour chez les médecins du sport qui m’accompagnent tout au long de l’année pour soigner tout ça et éviter au maximum les risques de récidive. En 2016 j’ai abonné au km100. En 2017 l’abandon est arrivé au km287. Si les deux fois l’abandon est lié à une blessure, j’ai le sentiment que mon corps et mon esprit apprennent progressivement à aller toujours plus loin.

Je n’ai pas de toit. Que de fois ce cri déchirant est entendu. Ce malheur, récurrent depuis plus de 60 ans, ajoute à ce drame celui d’une dédramatisation en raison d’une installation du mal-logement dans le paysage.
Aussi, convient-il de rechercher comment lézarder, plus encore écrouler ces murs qui n’ont pas permis de bâtir ceux qui s’avéraient nécessaires pour abriter décemment les plus fragilisés de notre Société.

Au Japon, l’Ikigai désigne à la fois la « joie de vivre » et la « raison d’être ». Chercher son Ikigai, c’est fouiller au plus profond de soi et regarder ce qui est réellement important pour nous et qui nous rend heureux.

L’éthique ne condamne pas, elle réveille pour comprendre que l’homme ne l’est vraiment que s’il s’insurge contre les causes de déshumanisation.
Il est de ces situations qui ne peuvent nous laisser indifférents, sauf à devenir étrangers non seulement au malheur de l’autre, mais aussi à sa propre humanité.
Un des combats majeurs est de refuser la banalisation du malheur. L’indifférence est destructrice de l’humain.

Feedback

Feedback

Merci de nous aider à améliorer le Blog de l'Audace en nous signalant tout problème rencontré, ou en nous suggérant des améliorations.