" La meilleure façon de prédire l'avenir, c'est de le créer. " - Abraham Lincoln

Toute personne physique ou morale qui souhaiterait publier des points de vue dans la rubrique « Actualités » du le Blog de l'Audace peut accéder au service en devenant Contributeur.

Les électeurs de droite sont avares avec leur argent, ceux de gauche sont généreux avec l’argent des autres.

Thomas LEGRAIN

Facebook : https://www.facebook.com/thomas.legrain
Twitter : https://twitter.com/TLConseil
Linkedin : https://www.linkedin.com/in/thomaslegrain
Site internet : http://www.thomas-legrain-conseil.com
Blog : http://www.blog-audace.com

547 articles publiés sur le Blog de l'Audace

2 ouvrages disponibles sur le Blog de l'Audace

En savoir plus sur Thomas LEGRAIN
Cet article vous a plu : partagez-le !
Soyez le premier à partager cette information

Soyez audacieux, exprimez votre point de vue !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires pour “Les électeurs de droite sont avares avec leur argent, ceux de gauche sont généreux avec l’argent des autres.

  • mask
    DANON BONTOUX

    Cette « fable » est très intéressante mais ….. 51,62 % des français ne le comprennent pas ou veulent l’ignorer par souci de profiter de l’instant présent.

    Que faire pour assainir les discours ambiants ?

    Quand entendrons nous a nouveau un discours honorable comme celui du 1er mai au Trocadero ?
    Très cordialement
    Isabelle Danon Bontoux

  • mask
    David Micheau

    C’est génial, un article bien écrit, sous forme de petite histoire accessible à tous. Le seul problème, c’est qu’il occulte le problème originel il me semble, qui est le suivant :
    Si le plus riche paye 59 euros sur les 100, là où 5ème paye 1 euro, c’est parce que le plus riche touche un salaire X fois supérieur au plus pauvre (où X est égal à 59 pour simplifier, sans prendre en compte le système de tranches d’imposition).

    Afin de réduire la différence sur la note finale, peut-être devrions-nous réduire X ?

    Dernier exemple en date, qui me vient à l’esprit : Après 11 ans de poste, le patron de Groupama quitte son poste, en touchant la coquette somme de 4,383 M€ en 2011 (alors que le groupe annonce une perte de lourde perte de 1,76 Md€ sur la même année…). Expliquez-moi quelles compétences/responsabilités justifient un salaire annuel de 4,383 M€ ?

    Source : http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/le-patron-de-groupama-touche-le-pactole-pour-son-depart-02-05-2012-1980083.php

  • mask
    Benoist Eraville

    Je crois que le système d’imposition nous permet, à tous, de participer au grand effort républicain. Parallèlement à cela, et ancrer dans une culture franco-française, nous sommes « naturellement » amener à nous plaindre de telles ou telles injustices. Le pauvre comme le riche d’ailleurs… le problème, c’est que ces complaintes, lorsqu’elles sortent de la sphère sociale d’origine, semblent complètement incompréhensibles.
    Ainsi, le « riche » (admettons arbitrairement salaire annuel brut : 80k€) se sentant lésé à chaque prélèvement fiscal, l’exprime sans modération. Comment le « pauvre » qui ne paie pas ou très peu d’impôt (ex : célibataire touchant le smic soit environ 16 k€ par an brut) peut-il comprendre une telle plainte. Et comment peut-il comprendre que la préoccupation première du gouvernement soit le possible, éventuelle, improbable départ à l’étranger de ce type de contribuable….

    Ce qui creuse cette incompréhension, comme le dit David, c’est, en plus, l’augmentation des écarts de revenus ces dix dernières années. Comment peut-on accepter, en même temps, cela et notre objectif républicain de départ…

  • mask
    Boudah Talenka

    Votre fable, très bien racontée, contient deux erreurs qui invalident ses conclusions implicites :

    La première erreur, pointée par David Micheau, est que nul ne devrait gagner 59 fois plus que les autres. Si vous n’êtes pas d’accord, pensez à ce que l’état verse aux anciens résistants, et demandez-vous quels cadres/patrons/rentiers mérite davantage qu’eux.

    La seconde erreur est de sous-entendre que se plaindre sans arrêt est un travers à corriger.
    En effet, les pays où il y a le moins de grèves, de journaux/syndicats indépendants sont des dictatures (la liste est trop longue pour être mentionnée ici). La France elle-même ne peut plus rigoureusement être appelée une démocratie, elle qui est descendue au 44ème rang mondial de la liberté de la presse (Reporters sans frontières), elle qui voit les inégalités de revenu exploser et la longévité moyenne baisser.
    On peut à la rigueur parler de démocratie autoritaire et népotiste.

  • mask
    Gilles Hector

    Je cite : « Nul ne devrait gagner 59 fois plus que les autres »

    Curieuse erreur. Quelle loi interdit cela ? Dans quel pays a t-elle été mise en oeuvre ? Avec quel succès économique ?

    Si je risque tout mon patrimoine pour créer mon entreprise et que je gagne 100 fois plus que celui qui n’a pris aucun risque, on doit me confisquer les 41% « en trop » ?
    Vous allez avoir du mal à trouver des candidats entrepreneurs …

    Reporters sans frontières … Le degré 0 de la politique. Interessez vous à qui les finance, et observez bien leurs cibles. Organisation non gouvernementale politiquement correcte. Le méchant Bachar al assad et les gentils opposants : qui peut encore se faire manipuler par ce genre de fable angélique ?

  • mask
    David Micheau

    @ Gilles Hector : « Curieuse erreur. Quelle loi interdit cela ? Dans quel pays a t-elle été mise en oeuvre ? Avec quel succès économique ? »

    Comme vous le dites, il n’y a pas de loi qui interdit cela, et donc cela n’a été mis en oeuvre dans aucun pays. C’est pourquoi la phrase que vous citez est au conditionnel.

    Je vais me permettre de vous citer également : « Avec quel succès économique ? »
    Succès économique ? Alors c’est cela, l’indicateur du succès d’un pays ? Combien gagnent les plus riches ? Pour ma part, je me fiche complètement que les riches de mon pays gagnent 59 fois plus que les pauvres, cela ne me rend pas plus fier d’être français, au contraire. Je serai fier d’être français lorsque mon pays s’occupera mieux de ses pauvres, et ne les laissera plus crever de faim dans la rue. Mais pour cela, il faudrait que les riches acceptent de gagner un peu moins, et je vois bien que cela leur est dur, puisque comme vous, ils ne jurent que par le succès économique. Avec cette vision, c’est le succès social qui passe à la trappe. Mais après tout, est-ce si grave, du moment que ce sont nos riches qui sont sous les projecteurs ?

    Je vous cite une nouvelle fois, et je finis : « Si je risque tout mon patrimoine pour créer mon entreprise et que je gagne 100 fois plus que celui qui n’a pris aucun risque, on doit me confisquer les 41% « en trop » ?
    Vous allez avoir du mal à trouver des candidats entrepreneurs … »
    J’ai été moi-même entrepreneur, et ma motivation première, ce n’était sûrement pas de gagner 100 fois plus que mon voisin. Ma motivation première, c’était de créer quelque chose de moi-même, et de le développer. D’ailleurs, qu’aurai-je fait avec 100 fois plus que mon voisin ? Lorsque qu’il s’achète sa Laguna, j’en achète 100, et je les aligne devant mon garage, pour bien lui montrer que je gagne 100 fois plus que lui ? Si je prend un risque en investissant mon patrimoine pour créer mon entreprise, gagner 10 fois plus qu’un salaire moyen et LARGEMENT suffisant pour vivre correctement, non ? Et là, nous parlons des personnes qui ont pris un risque, même pas de celles qui accèdent à des postes à salaire démesuré sans la prise de risque..

  • mask
    HERNU Paul

    Il me semble que les commentaires qui ont suivi l’article sont hors sujet. En effet, cet article pose le problème d’une restitution (remise) sur paiement. Cette allégorie a une signification assez transparente : le paiement peut être assimilé aux prélèvements opérés par les collectivités publiques et la restitution aux « niches » fiscales ou sociales permettant de réduire le montant de ces prélèvements.
    Dès lors,le véritable sujet posé me semble être celui du niveau de ces « niches », sujet d’actualité (!), non pas celui de la justification des écarts de rémunérations.
    Mais d’une façon générale, si là est bien le sujet posé, le discours public est trop focalisé sur le thème « Jusqu’à quel niveau peuvent aller les prélèvements obligatoires et comment répartir la charge de ces prélèvements » (Cf; les argumentaires entendus dans les dernières campagnes électorales) et pas assez ou presque jamais sur le thème « Que fait-on de l’argent public prélevé ? N’y a-t-il pas moyen de mieux l’employer pour réduire la charge des prélèvements ? », ce qui devrait contribuer à dégonfler un peu les controverses sur le niveau et la répartition desdits prélèvements.

  • mask
    Cindy FEIX

    Bonjour à tous !

    Sujet explosif que les impôts en France… et je rejoins Paul Hernu sur le fait que l’article posté sous forme de conte/fable soulève le problème des niches fiscales et non du niveau de prélèvement entre « pauvres » (j’en profite pour signaler à Benoist Eraville – qui n’a pas du être Smicar – qu’un Smicar célibataire paye des impôts et pas qu’un peu !!!) et « riches ».Il faut aussi reconnaître que tout le monde n’est pas Steve Jobs… donc tout le monde ne peut pas gagner des millioards !

    Moi je serais plutôt pour supprimer toutes les niches (dont l’absence d’efficacité économique a été pointée du doigt par la Cour des comptes) sauf celles accessibles au plus grand nombre (assurance vie par ex).

    Pour avoir travaillé dans le privé et le public, je constate un gaspillage indécent dans le public alors que dans les petites entreprises privées on racle les fonds de tirroirs. Et que le premier qui devrait se serrer la ceinture ce devrait être l’Etat qui affiche un train de vie hallucinant…avec un nombre d’assistants, de secrétaires d’Etat, de commissions de réflexion… impressionant… qui ne pondent même pas d’oeufs en or !!

    La bourse crée de l’économie « artificielle » et fait tanguer toutes les économies du monde depuis un certain temps…C’est bien la classe dirigeante qui a supprimé l’étalon or et joue ainsi allègrement avec les fonds de pensions de milliers de gens… La solution est simple, revenons à l’étalon or et à une économie réelle et à une finance saine. Cela n’arrivera jamais puisque les décideurs profitent du système (cqfd !)

    Enfin, comment mesurez vous la « richesse » ? aux possessions matérielles ? aux nombre de 0 sur votre compte en banque ? ou…

    Je vous laisse un autre conte à méditer :
    Trois voitures se suivent de très près : une Renault, une Ferrari et une Porsche.
    Soudain, un accident arrive et les trois voitures se carambolent.

    Riberi sort de la Porsche et s’exclame : Merde, 2 semaines de salaire parties en fumée !
    Anelka sort de la Ferrari et dit : Merde, 3 semaines de salaire !
    M. Dupont sort de la Renault et dit : Merde, 3 ans de salaire !
    Riberi et Anelka s’exclament alors : Faut être con pour claquer autant de fric dans une bagnole !