" Le talent c'est de la chance, l'important dans la vie c'est le courage. " - Woody Allen

Toute entreprise, association, fondation, organisation professionnelle ou syndicale qui souhaiterait bénéficier d’une sous-rubrique à son nom dans la rubrique « Place des Réseaux » du Blog de l'Audace peut accéder au service en cliquant ici. Elle pourra notamment mettre en ligne des communiqués de presse, des points de vue ou des ouvrages.

 Place des réseaux

La Société souffre de profondes ruptures, autant de fossés nous éloignant de la fraternité, l’un des socles de la République et du fondement de notre civilisation avec l’indépassable et éternelle interrogation du Livre de l’Humanité : « Qu’as-tu fait de ton frère « ?

Si la République est une et indivisible, Il n’en demeure pas moins qu’elle consent à des ghettos dont certains s’apparentent à l’apartheid. Trop de logements à vocation sociale sont encore réalisés dans des périmètres focalisant la pauvreté. Concentrer sur de mêmes territoires des populations qui désespèrent de pouvoir être considérées comme des citoyens à part entière crée des quartiers de non droit et fabrique cette montée inexorable des extrêmes dont une des premières causes est le ressenti de l’oubli.

Je n’ai pas de toit. Que de fois ce cri déchirant est entendu. Ce malheur, récurrent depuis plus de 60 ans, ajoute à ce drame celui d’une dédramatisation en raison d’une installation du mal-logement dans le paysage.
Aussi, convient-il de rechercher comment lézarder, plus encore écrouler ces murs qui n’ont pas permis de bâtir ceux qui s’avéraient nécessaires pour abriter décemment les plus fragilisés de notre Société.

L’éthique ne condamne pas, elle réveille pour comprendre que l’homme ne l’est vraiment que s’il s’insurge contre les causes de déshumanisation.
Il est de ces situations qui ne peuvent nous laisser indifférents, sauf à devenir étrangers non seulement au malheur de l’autre, mais aussi à sa propre humanité.
Un des combats majeurs est de refuser la banalisation du malheur. L’indifférence est destructrice de l’humain.

L’indifférence n’est pas sans construire des fractures. Que de réveils difficiles traversés par cette interrogation lasse et lancinante, comment en est-on arrivé à de telles situations défigurant le corps social.
Ne nous payons pas de mots, la déficience de cohésion sociale traduit un corps démembré, désarticulé, un corps souffrant.