" Toute personne qui cesse d’apprendre est vieille, que ce soit à vingt ou quatre-vingts ans. " - Henry Ford

Toute personne physique ou morale qui souhaiterait publier des points de vue dans la rubrique « Actualités » du Blog de l'Audace peut accéder au service en devenant Contributeur.

 Politique

Ils soutiennent Habitat et Humanisme

Quand l’Europe ne peut survivre qu’en cessant d’être une vague entité pour devenir une identité…
Le résultat du référendum britannique du 23 juin 2016 sur la perspective d’une sortie du pays de l’Union Européenne a été un véritable séisme politique, médiatique et dans les opinions publiques, en Grande-Bretagne comme ailleurs. La question avait été posée, mais avec une certitude du statu quo qui tenait de l’acte de foi…

C’est avec finesse et humilité que Vladimir Poutine déclare en 1999 qu’il ira « buter les terroristes jusque dans les chiottes », phrase prononcée au lancement de la seconde guerre de Tchétchénie. Le contexte et les acteurs sont aujourd’hui bien différents. Mais le désir de revanche, l’envie d’anéantir les terroristes par la force ne sont pas nouveaux. En témoignent les réactions politiques à la suite des attentats de novembre 2015 à Paris, et du mois dernier à Nice. Des communiqués du Ministère de la Défense n’ont pas tardé à sortir, soulignant l’intensification des frappes aériennes françaises contre Daech.

Un Premier ministre qui aime soudainement l’Europe et bataille ardemment pour rester dans l’Union européenne.
Un ex-maire de Londres qui change de camp en prônant la sortie du Royaume-Uni de l’Union et le retour à l’indépendance du pays.
Des bookmakers qui jouent aux apprentis prophètes.
Des marchés financiers pris de court.

Quand David Cameron a ouvert le débat sur la place du Royaume Uni en Europe, beaucoup d’Européens ont eu le sentiment qu’il avait ouvert la boite de Pandore. Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui se lamentent de la démarche britannique car elle aurait ouvert la voie à une dislocation européenne.

En France, la seule évocation du terme « lobbying » conduit généralement à susciter la suspicion. Dans l’inconscient collectif, sa pratique nuirait gravement à la santé démocratique. Elle est pourtant monnaie courante et pleinement assumée dans une grande partie des pays occidentaux. Loin de se cantonner à la simple caricature d’une activité occulte agissant aux frontières de la légalité, le lobbying – souvent mal compris et mal défini – constitue au contraire une démarche susceptible d’être bénéfique à la prise de décision politique, à condition qu’il soit régulé.